Accueil Local News Un toit pour la femme

Un toit pour la femme

Afrique au Féminin organise une collecte de fonds pour acheter un nouveau bâtiment

Afrique au Féminin aide activement les femmes immigrantes de Parc-Extension depuis 1986. Photo : Afrique au Féminin

L’organisme communautaire Afrique au Féminin est présent à Parc-Extension depuis plus de 30 ans. Il offre plusieurs services aux femmes de Parc-Extension ayant récemment immigré au Canada, les aidant à relever les nombreux défis que comporte la migration.

Mais l’organisme espère bientôt étendre ses activités en créant un nouveau quartier général pouvant offrir tous ses services sous un même toit. Travaillant actuellement de deux plus petits locaux, l’un au 7000 Avenue du Parc et l’autre au Centre William-Hingston, Afrique au Féminin collecte 10 000 $ pour acquérir et construire un nouveau centre.

Jusqu’à présent, l’organisme a recueilli plus de 1 500 $ en dons privés par le biais d’une campagne de financement en ligne sur canadahelps.org. L’argent sera utilisé pour acheter un nouveau bâtiment afin de centraliser et d’étendre les services qu’ils offrent. 

Besoin flagrant d’infrastructure 

Selon Afrique au Féminin, il est nécessaire d’améliorer les infrastructures communautaires de Parc-Extension pour que son organisme puisse remplir correctement son mandat. «Les services communautaires du quartier sont divers et accessibles, mais la demande demeure au-delà de l’offre», peut-on lire dans une déclaration du groupe. 

«Les organismes communautaires et les regroupements du quartier sont unanimes: une bonification au niveau des infrastructures est nécessaire pour assurer la pérennité des services aux plus démunies», a déclaré l’organisme. 

L’organisme ajoute qu’à Parc-Extension, l’un des quartiers les plus pauvres du Canada, les femmes monoparentales qui ne maîtrisent pas encore le français sont celles qui risquent le plus de subir les pires effets de cette pauvreté. 

Le groupe affirme que les deux installations dans lesquelles il opère actuellement sont en mauvais état et nécessitent des rénovations majeures. «Pour être en mesure d’assurer la diversité de Parc Extension et de renforcer les liens d’entraide, il s’avère primordial de profiter des forces du marché immobilier en vue d’un changement d’échelle au sein d’Afrique au Féminin», ajoutent-elles. 

Jusqu’à présent, Afrique au Féminin a recueilli plus de 1 500 $ de son objectif de 10 000 $. Photo : Afrique au Féminin

Un lieu d’appartenance

L’organisme sans but lucratif souhaite donc consolider ses activités dans un nouveau lieu. «Afrique au Féminin va acheter un bâtiment pour créer un nouveau centre pour femme, qui pourrait englober et bonifier toutes les activités du centre sous un toit», a indiqué l’organisme.

Le nouvel espace comprendrait un espace communautaire, de nouvelles salles de classe aménagées pour des cours de français et des ateliers créatifs, un studio de yoga, une salle informatique, une garderie ainsi qu’une cuisine communautaire et un espace pour le dépannage alimentaire.

Le nouveau bâtiment accueillera également les bureaux et les activités administratives de l’organisation.

«Il s’agira d’un lieu d’appartenance, de solidarité, d’entre-aide et de justice sociale, ou les femmes peuvent venir pour répondre à leurs besoins premiers, ainsi que travailler avec notre équipe pour améliorer leurs conditions de vie», ont-elles ajouté. 

Le projet est également soutenu par l’organisme local Brique par Brique, qui offre une expertise immobilière et soutient les initiatives locales de logement social pour les résidents à faible revenu. Afrique au Féminin souhaite également intégrer un projet de logement social dans le nouveau bâtiment.

Des résultats probants

La conseillère municipale Mary Deros salue l’initiative de l’organisme d’acquérir un nouveau local. «Afrique au Féminin a toujours voulu avoir son propre espace», a-t-elle mentionné. 

Bien qu’elle affirme soutenir de tout cœur les efforts d’Afrique au Féminin, elle précise qu’en raison d’un budget serré et de la nature du mandat de l’organisme, il est difficile pour l’arrondissement de les soutenir financièrement. 

«Ils ont prouvé leur valeur, ils ont prouvé que le travail qu’ils font est vraiment bien accompli», a-t-elle poursuivi, expliquant que les relations solides que les organismes entretiennent avec les différents paliers de gouvernement leur permettront de recevoir les fonds nécessaires à la réalisation du projet.

Mais comme le Centre William-Hingston doit encore être rénové, ce qui contraint tous les groupes communautaires à quitter les lieux, Mme Deros souhaite que l’arrondissement crée un centre communautaire permanent qui pourrait accueillir divers organismes communautaires. 

«Je vais continuer à essayer de trouver une solution pour éventuellement avoir un centre communautaire à Parc-Ex qui appartient à la ville, que nous ne soyons plus au gré de la commission scolaire», a expliqué M. Deros.

«Les organismes communautaires et les regroupements du quartier sont unanime: une bonification au niveau des infrastructures est nécessaire pour assurer la pérennité des services aux plus démunies.»

Une longue histoire à Parc-Extension

Afrique au Féminin a été fondé en 1986 et incorporé en 1988 avec une mission d’aider des femmes immigrantes à s’intégrer à leur terre d’accueil. Afrique au Féminin demeure le seul centre pour femmes de Parc-Extension, offrant plusieurs services et ateliers aux femmes de toutes origines.

La mission de l’organisme est de «Soutenir les femmes immigrantes dans l’amélioration de leurs conditions de vie et faciliter leur intégration au Québec», peut-on lire sur leur site web. «Il s’agit de les aider à sortir de l’isolement et les outiller afin de favoriser leur autonomie pour une meilleure prise en charge individuelle et collective», peut-on lire dans leur énoncé de mission.

L’organisme mentionne que plus de 50 % des femmes issues des différentes communautés ethnoculturelles de Parc-Extension continuent de faire face à la discrimination et aux obstacles à l’intégration. Bien qu’initialement dédié à l’aide aux femmes d’origine africaine, aujourd’hui l’organisme vient désormais en aide aux femmes de toutes origines, sans distinction d’âge, de langue, de race ou de religion.

Afrique au Féminin est encore à la recherche de soutien pour son projet à venir et accepte toujours les dons via sa collecte de fonds en ligne. La collecte est ouverte jusqu’au vendredi 3 décembre.